Un regard sur la route

27 février 2019

Une nouvelle en hommage à la série "Good Omens" adaptée du livre éponyme.

SI VOUS VOULEZ M'AIDER, ALLER SUR MA PAGE TIPEE EN CLIQUANT SUR CETTE PHRASE !!!

 

 JOHN MORT

Pour Neil Gaiman & Terry Pratchett

 

Kevin Dubois était un homme heureux.

Fraîchement diplômé, il travaillait depuis six mois dans une banque du centre-ville parisien et avait sous sa responsabilité un gros portefeuille, à l'image de sa chance, qui se calculait au prorata de son karma et des dividendes de son destin.

Ce matin, comme à son habitude, il attendait sur le trottoir pour traverser la rue de Rivoli. Des écouteurs dans les oreilles, il ne pouvait entendre le bus furibond qui fonçait sur la voie parallèle.

Sentant une pause dans le trafic, Kevin fit un pas en avant. Il allait finir en pizza à la saucisse, quand une main le rattrapa in extremis.

« Nan mais oh ! Vous vous prenez pour qui ? Enfoiré ! »

Après un doigt d'honneur, Kevin reprit son chemin, sans savoir qu'une personne venait de lui sauver la vie.

Parfois, on ne savait pas toute la malchance qui nous était épargnée...

 

***

 

La personne qui venait de sauver Kevin traversa la route d'un pas nonchalant et se dirigea vers le bistrot le plus proche. C'était un homme, la trentaine. Il portait des lunettes de soleil et une chemise hawaïenne décolorée. En entrant dans le bistrot, il s'alluma une clope et s'accouda sur le zinc, avec une mine déconfite qui aurait fait passer un bouledogue pour l'allégorie du bonheur.

« Dites voir... C'est interdit d'fumer par ici ! La loi Evin, vous connaissez ? »

L'homme descendit d'un cran ses lunettes et fixa le serveur. Le pauvre homme eut la soudaine impression qu'une tenaille s'emparait de ses couilles et pressait dessus de toutes ses forces.

« Vous avez dit ?

- Je... Euh... Argh... Qu'est-ce que j'vous sers ?

- Une pinte, merci. »

 

***

 

Ignoble habitude des bistrots contemporains, une télévision était placée au-dessus du bar et diffusait une chaîne d'information en continu. La reporter semblait affolée - et en même temps incroyablement surprise -. L'attentat en Israël, qui venait d'arriver sous ses yeux, n'avait fait aucun mort. Non. Aucun. Pas un cadavre ni une goutte de sang.

Quel était donc ce maléfice ?

En voyant ça, l'homme au comptoir ricana entre deux volutes de fumée et agrippa son verre pour le vider de moitié.

« Et qu'est-ce que vous faites, si je n'm'abuse, pour v'nir siroter une pinte à 9h du mat ?

- Je fais la grève. Et si tu continues à m'abuser, j'vais prendre tes verres un par un et te les fourrer dans le cul...»

Le serveur se figea, hésitant entre un conflit ouvert ou une soudaine amnésie. Il se souvint de la tenaille et il continua d'essuyer ses verres, comme si (presque) de rien était. L'homme, dans sa chemise hawaïenne, observa les bulles de sa bière et sentit une larme couler. Elle dégringola de sa joue et plongea dans la mousse.

Plof.

 

***

 

Faut dire que ce matin, Mr Mort s'était réveillé avec le moral dans les chaussettes.

Il avait beurré ses tartines, bu son café et observé les gens depuis sa fenêtre. D'habitude, il s'en allait guilleret à la moisson d'âmes, trucidant des millions et des millions de personnes... Mais là, rien. Il n'avait ni envie d'envoyer un python au trousse d'un malaisien, ni envie d'effondrer soudainement un balcon avec douze personnes dessus.

Que se passait-il ? Une vague à l'âme ? Une petite déprimouille ?

Sans oser se l'avouer, Mr Mort sentait quelque chose lui démanger les vertèbres. Un blues à faire frémir un squelette... Serait-ce ?

« Non ! se dit-il. Ça ne peut pas m'arriver à moi. Je suis la Mort, nom de Zeus ! »

 Il écouta la radio et entendit déjà les miracles s'accomplir, les types noyés qui remontaient à la surface et les pauvres affamés qui restaient debout.

Il l'éteignit aussitôt et maugréa :

« Bah ! Ils s'en sortiront très bien sans moi ! »

Maintenant accoudé au zinc, il comptait les étoiles filantes dans sa bière et se demandait ce qu'il allait bien pouvoir faire. Son téléphone sonna. Un numéro apparut et il lâcha aussitôt un :

« Merde...»

Il sentit des éclairs lui sortir des narines et ses cheveux se dresser à la Sid Vicious.

Il détestait quand elle l'appelait. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Une vraie salope. Pas autant que Famine bien sûr qui lui au moins ne se vantait pas à tous les coins de rue. Nan. Elle, la Guerre, il fallait qu'elle se la pète H24 ! Et vas-y que je t'envoie un petit mms devant un champ de bataille. Et un p'tit mail avec le nombre de gazés... Mais qui s'occupait du sale boulot ? Hein ? Qui devait dézinguer tout le monde à la fin ? C'était bibi !

Il appuya sur le bouton rouge et reprit une gorgée. Une idée lui traversa soudain l'esprit. Il reprit son bigophone et écrivit un message. Il hésita un instant.

Même deux.

Voir trois.

C'est fou à quel point un instant peut durer longtemps.

Puis il l'envoya à tous ses contacts :

« Je fête mon enterrement demain. Viens qui peut. Pas de fleurs. Merci. »

 

***

 

D'habitude, il adorait ça.

L'odeur de naphtaline, les crépons noirs et les mines blanches de boulanger mal réveillés... Seulement, aujourd'hui, c'était lui qu'on enterrait. Il voulait mourir, un point c'est tout. Rien ne pourrait l'arrêter, même pas lui-même.

Guerre et Conquête débarquèrent sur leurs motos. Une jonquille jaune et fraîche tremblotait dans leurs blousons noirs et elles arboraient de grands sourires...

Il fallait toujours qu'elles en fassent trop, ces enfoirées.

« Alors Mort ! Tu nous quittes ?

- J'avais dit pas de fleurs...

- Allez, fais pas ta duchesse ! On allait pas venir les mains vides...

- Où est Famine ? »

Guerre haussa les épaules et remit en place une belle boucle de sa chevelure blonde :

« Il nous a rien dit, mais il semble qu'il ne veuille plus te parler depuis l'épisode de l’œuf.

- En même temps, ça fait depuis des millénaires que je lui répète que la poule descend du vélociraptor... »

Guerre sourit. Elle avait la poitrine bombée par le blouson, les lèvres pulpeuses et un pétillement dans les yeux qui aurait mis en rut le plus dévot des moines.

En d'autres temps, Mort aurait eu envie d'elle, de l'emporter sur sa bécane de feu, d'acier et d'os, de traverser les longues plaines intersidérales jusqu'aux confins de la voie lactée, mais aujourd'hui, il allait mourir.

 

***

 

Avant de fermer le cercueil, elles lui demandèrent s'il était vraiment sûr-sûr.

« À 100 %. »

Elles l'observèrent un moment, puis ils donnèrent quatre coups de marteau et scellèrent le couvercle. À l'intérieur, il pouvait encore entendre les gens chuchoter et dire tout le bien qu'ils pensaient de lui. Que Mr Mort manquerait. Que Mr Mort était fort, mais qu'il fallait bien un jour se rendre à l'évidence : tuer des millions de personnes tous les jours, ça pouvait rendre malheureux...

« Vous voulez bien la fermer un peu ? Sinon, j'reviens pour tous vous buter ! »

Le silence se fit.

Des cloches sonnèrent.

Le cercueil bougea. Ses santiags tremblotèrent... Soudain, la douce et subtile odeur du cimetière traversa les planches et vint lui chatouiller les narines. Ah ! Enfin une odeur réconciliante ! La Terre ! Le Repos ! Le Silence Sacré !

Mr Mort se rappela alors d'une discussion avec sa psychiatre. Elle lui avait demandé, si au fond, il n'était pas un peu vicieux sur les bords... Mr Mort avait réfléchi, puis la psychiatre était tombée raide, et il avait sourit : « Oui, extrêmement. »

Cette joie de pouvoir tuer n'importe qui, à n'importe quel moment, avait disparu. Aujourd'hui, c'était lui le prochain sur la liste. Il ferma les yeux et, d'une voix rauque, il chuchota :

« Fin. »

 

***

 

La nuit tomba à plat ventre sur le cimetière et la lune se leva, tout sourire.

Entre les tombes, un chat noir se faufilait. La queue en l'air, il fit son tour de ronde pour vérifier sa présence olfactive. Ses yeux jaunes s'illuminèrent à la vue de la nouvelle tombe. Il caressa langoureusement le marbre froid, sauta sur la dalle et s'approcha des lettres dorées :

 

Mr John Mort ( Inconnu – 18 Juin 2017 )

À notre regretté et bien fumiste confrère.

 

Il urina un long filet, lorsqu'une main sortit de terre et le balança dans le décor.

« Chat de merde. »

 

***

 

C'était une belle après-midi d'été.

À côté du cimetière, il y avait un parc pour enfants composé d'une cabane, d'un toboggan et de balançoires. Un petit lac s'étirait plus loin et des canards y barbotaient.

Sur un banc anonyme, se tenait un homme. Un pissenlit entre les cheveux et le visage caché par des lunettes de soleil, il fumait en observant les nuages. Rien n'y faisait, Mr Mort n'arrivait pas à mourir. Quelque chose l'en empêchait...

« Dis, tu peux me tenir les cailloux ?

- Hein ? »

Une petite fille avec des cheveux très blonds lui versa quatre graviers dans la main. Mr Mort regarda les cailloux et il allait lâcher un torrent d'insultes, quand la petite fille se tourna vers le lac. Elle jeta une giclée sur le colvert le plus proche. L'oiseau s'enfuit en caquetant des malédictions sur plusieurs générations. Et la fille se fendit la tronche, ouvrit sa petite bouche et exposa ses quenottes à la galaxie toute entière. Ce rire était si frais, si énergique, qu'il courut vers Mr Mort, remonta le long de ses bras et dévala toute sa colonne vertébrale pour lui piqueter la peau de petits frissons. Il sentit un énorme sourire s'écarteler sur sa face de croque-mort.

« Maintenant, fit-elle, on va manger une crêpe et après, on va faire de la balançoire ! Tu viens ? »

À l'instant même où il acceptait cette demande, il sentit quelque chose de magiquement macabre se réveiller en lui...

 

***

 

La petite fille croqua dans la crêpe à la pâte chocolatée et sourit encore une fois. Un sourire de glouton. Avec de la bouillie juteuse sur toute la frimousse. Personne ne pouvait y résister. Mr Mort sourit lui-aussi et mordit dans sa crêpe chocolat-banane-chantilly. Ce n'était pas un véritable sourire, mais plutôt un sourire machiavélique.

Il ouvrit le portail à la petite fille pour rejoindre les balançoires. Courant sans réfléchir, elle trébucha sur quelque chose - on aurait juré que c'était un bout de santiag - et tomba sur un clou rouillé. Au dernier instant, elle se rattrapa.

Mr Mort minauda, la redressa et fit semblant de s'inquiéter sur son sort. Il reprit son sourire en carton et l'avança vers la balançoire. Il sentait au fond de lui la vie, le jus, la sève et le sang revenir, ainsi qu'une envie de dézinguer tout le monde...

Alors qu'ils se balançaient tous les deux et qu'elle lui racontait comment elle avait construit un château pour l'ensevelir sous un raz-de-marée, une branche titanesque tomba du ciel. Non content d'être une branche, elle contenait aussi une guillotine. Qui contenait elle-même des germes de la peste bubonique, du choléra et du scorbut. Et d'une forme rare de poison que l'on trouve d'habitude que dans les bras de méduses.

Quand elle s'écrasa sur la petite fille, Mr Mort sauta de joie. Enfin ! Le bonheur de tuer était revenu ! Il était prêt à repartir sur la route 666 ! Quelle joie de tuer quelqu'un de si innocent, si pur, si...

Une petite touffe blonde sortit d'entre les feuilles et s'épousseta la chemise. Mr Mort se sentit défaillir...

« Comment est-ce possible ? Enfin je... Tout va bien ma petite ? »

Une peur immonde lui secoua les entrailles.

Et si ?

« Un instant, je te prie... »

Il arrêta le premier badaud et lui demanda du feu. La personne s'effondra sur le coup, morte. Rassuré, l'homme retourna vers la fille et vint s'asseoir sur la balançoire. Il cogita un instant - plutôt court celui-là - et il lui demanda :

« Mais au fait, comment t'appelles-tu ?»

La petite fille rigola et fixa soudain Mr Mort dans les yeux. Elle avait des yeux bleu-nuit, brillant de mille étoiles polaires et de mille reflets diamantins. La Mort reconnut, dans cette myriade de constellations, que la petite fille en face de lui n'était pas totalement humaine. Chacun put alors reconnaître l'autre, et chacun sut que son pire ennemi le fixait droit dans les yeux.

« Je m'appelle Marie Lavie... »

Mort lâcha un grommullon ( un mélange entre un grommellement et un juron).

« Et je viens te faire une requête, John Mort. J'ai besoin de toi. Sinon... Plus rien n'a de sens !»

La Mort ravala sa salive. Activa deux neurones endormies. Et lui renvoya :

« Est-ce que les gens se demandent si tout cela a un sens ? Hum ?

- Non... Pas tous... Mais en attendant, il y a treize millions de personnes qui sont sensés mourir et qui, à cette heure, s'amuse à s'arracher le cœur et à le remettre en place. Si tu ne t'en occupes pas, tout ça va vite se transformer en apocalypse...

- Faut bien qu'elle commence un jour cette foutue Apocalypse... De toute façon, tu dis ça uniquement parce que, sans moi, TU n'as aucun sens... »

La Vie continuait à se balancer et à offrir ses joues au soleil, avec un air malicieux.

« Oui. C'est vrai. Nous sommes complémentaires, même si je te déteste plus que tout... »

Elle marqua une pause et prit sa voix des grands instants - très grands ceux-là - :

« Il faut absolument que tu te remettes en selle, John Mort. Sinon, nous serons tous les deux bons à jeter à la poubelle... »

Mr Mort s'alluma une clope et regarda un nuage cotonneux passer tranquillement dans le ciel turquoise. Apparemment, sa journée de grève s'arrêtait là. Guerre et Conquête allaient se foutre de sa gueule. Bon...

Qui est-ce qu'il allait bien pouvoir tuer en premier ?

 

***

 

Kevin Dubois était un homme heureux.

Ce matin, comme à son habitude, il attendait sur le trottoir pour traverser la rue de Rivoli. Des écouteurs dans les oreilles, il ne pouvait entendre le bus furibond qui fonçait sur la voie parallèle.

Il allait traverser quand, mû par un réflexe étrange, il leva les yeux, vit le bus et s'arrêta à la dernière seconde. Il soupira de soulagement, quand il sentit une main lui tapoter l'épaule...

Croyez-moi ou non, mais la dernière image qu'il eut fut celle d'un homme aux cheveux ébouriffés, avec des lunettes de soleil et une chemise hawaïenne...

Qui lui faisait un gros doigt d'honneur.

 

 

« FIN ( Pour de vrai) »

 

SI VOUS VOULEZ M'AIDER, ME SOUTENIR, ME REMERCIER POUR MA NOUVELLE, VOUS POUVEZ ME DONNER UN POUR-BOIRE EN ALLANT SUR MA PAGE TIPEE =>TIPEE !

 

Posté par Lamesaoule à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 février 2019

NOM D'UNE PIROUETTE !!!

UNE BONNE NOUVELLE POINTE SON NEZ !!! NON ? SI !

OUI ! J'AI ÉTÉ PUBLIÉ ! QUOI ? OÙ ? QUAND ?



QUOI ? : Des haïkus érotiques et de science-fiction

OÙ ? : Dans la revue de poésie « Traction-Brabant » : Montigny-Les-Metz représente !

QUAND ? : Dans le dernier numéro, pardi !



Couverture T-B 83

C'EST LA JOIE. SURTOUT QUE JE SUIS BIEN ENTOURÉ ! JE VOUS INVITE À L'ACHETER DE CE PAS. AU MOINS UNE DOUZAINE. IL COÛTE 2€60.PAS CHER POUR UN PEU DE POESIE ET D'ANARCHISME ? VOUS POUVEZ AUSSI VOUS ABONNER, NOM D'UN PARPAING !

MERCI LES COMPAGNONS DE LA ROUTE !

 

ANTHOINE



P.S. Si jamais, Traction-Brabant a un super site : http://traction-brabant.blogspot.com/

Posté par Lamesaoule à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2019

MES FILMS PRÉFÉRÉS DE 2018

 

1. Leto

1120613-leto2jpg

 

 

2. En Guerre

en_guerre_b

 

 

3. Spider Man New Génération

newgen2

 

 

4. La forme de l'eau

la_forme_de_l_eau_1

 

 

5. Under The Silver Lake

under_the_silver_lake_-_official_trailer_hd_-_a24

 

 

6. La Révolution Silencieuse

phpThumb_generated_thumbnail

 

 

7. Miraï

1969-mirai-ma-petite-soeur

 

 

8.Ready Player One

ready_player_one_background3

 

 

9. L'île aux chiens

3dez

 

 

10. First Man

First-Man-Movie-Trailer

 

TOP 2017
TOP 2016
TOP 2015
TOP 2014

TOP 2013

TOP 2012

TOP 2011

TOP 2010

Posté par Lamesaoule à 13:23 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2018

Sur la peau des rues,

je colle mes poèmes.

#Charleville

WP_20170705_22_03_46_Pro

WP_20170705_22_04_09_Pro

WP_20170705_22_10_22_Pro

WP_20170705_22_09_30_Pro

WP_20170705_22_15_36_Pro

WP_20170705_22_15_53_Pro

WP_20170705_22_15_12_Pro

WP_20170705_22_19_56_Pro

WP_20170705_22_20_08_Pro

WP_20170705_22_22_32_Pro

WP_20170705_22_22_46_Pro

WP_20170705_22_23_00_Pro

WP_20170705_22_34_25_Pro

WP_20170705_22_34_35_Pro

WP_20170705_22_34_51_Pro

WP_20170705_22_35_47_Pro

WP_20170705_22_35_58_Pro

WP_20170705_22_36_09_Pro

WP_20170705_23_07_41_Pro

WP_20170705_23_07_53_Pro

Posté par Lamesaoule à 14:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 juin 2018

FANZINE

FURONCLE

_75A5801

 

Notre fanzine éclatant sort aujourd'hui ! Il a été conçu dans l'amour et l'allégresse il y a quelques années de cela. Nous sommes une grande rédaction internationnale et nous travaillons avec la petite structure de diffusion du NJJ (un petit papelard de Nancy, très intimiste, mais aux méthodes douteuses ( voir numéro)).

Notre fanzine est à prix libre ! Pour l'obtenir, rien de plus simple : vous écrivez un commentaire à cette page et vous dites : J'en veux un ! Pour ce qui est du prix, envoyez un chèque à cette adresse :

Sylvain Bourdaire

101bis rue Henri Barbusse

93300 AUBERVILLIERS

 

Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à décharger votre purulente verve dans les commentaires ci-dessous.

 

Pour vous allécher, voici le :

SOMMAIRE(DE)

 

1

La phrase d'Arthura

 

2

Chronique de la désinformation

 

3

Histoire Furonclienne

 

4

Le cri du Tique

 

5

Mes Croutes d'Coeur

 

6

Sperman – 1er Jet

 

John Diablo et moi-même remercions tous les protagonistes de ce joyeux délire : Akton, Arthura, Le Stagiaire, ainsi que Strangeman pour son cri de Tique !

Nous reviendrons pour un deuxième numéro, avec la suite des aventures de Sperman, un journal intime phallique et une superbe planche de Bd sur Oui-Oui qui encule Non-Non.

Soyez furoncle !

On vous aime !

Les rédacteurs en fesses !

Posté par Lamesaoule à 18:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 mai 2018

À nos amis

JOURNAL

 

Salut à toi, camarade !

Aujourd'hui, je voudrais te parler de mes amis. Ils sont un peu éparpillés, en France ou ailleurs, mais ils ont tous à cœur d'écrire, d'imaginer, de construire, d'autres horizons.

1/


Vous la connaissez peut-être, mais voici Clémentine, alias « La Légiste ». Elle anime depuis maintenant presque un an ( le 10 Juillet 2017 pour être précis) une chaine Youtube. Comme son nom l'indique, elle dissèque l'actualité, fait part de ses lectures et les explicite. Il y a une incision de ton et une méthode assez chirurgicale dans ses vidéos, mais cela fait du bien. Ce n'est pas non plus la bidonnerie totale ( Alllllllloooons zenfant...), mais si vous cherchez des vidéos pointues, aiguisées et incisives, je vous la conseille chaudement ! La dernière vidéo parle de Génération Identitaire ( Vive Patrick !) et l'autre d'un livre fort intéressant d'Anselm Jappe.

 

 

2/

 Je vous en parle assez souvent, mais je ne vous en parle pas assez ! Russo Amorale revient dans la place avec sa guitare et son harmonica de cow-boy italo-nancéien. À l'époque, j'avais fait un clip pour le groupe paternel (ICI ) et Ugo a continué sa route en one-man-band. Il a déjà fait un E.P. il y a quelques années et maintenant, il se lance dans l'album ! Vous pouvez l'aider dans sa démarche en donnant pour le financement participatif (ICI ) ! En bonus, vous aurez une reprise d'une chanson de CCCP, à la française : Emilia Paranoica.

Baccioni fratello !

 

 

3/

Ne perdons pas les racines ! Je vous présente, cerise sur le gâteau, pépite sur la fesse, une chanson du NJJ (Le journal nancéien pas encore vendu au crédit mutuel). C'est fort, c'est poétique, c'est osé ! Je vous invite à l'écouter, en parallèle d'une réflexion actuelle à l'action politique, à l'action humaine, à l'action contre ce monde fadasse ! Enflammez-vous, les enfants, la ronde est belle et il faut y entrer pour réveiller ces putains de braises qui nous habitent !

 

 

Portez-vous bien. Restez soudés.

La semaine prochaine, je vous réserve une furonclienne surprise !

 

L'âme saoule

 

Posté par Lamesaoule à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 février 2018

MON TOP 10 / 2017

 

1. Okja

Okja 

 

2. Le jeune Karl Marx

le_jeune_karl_marx_the_young_karl_marx_still

 

3. Lalaland

06LALALAND4-superJumbo

 

4. Get-Out

walter-getout

 

5. Au revoir Là-Haut

Au revoir

 

6. Le sens de la fête

le-sens-de-la-fete-image-2

 

7. Baby Driver

thumb_5E95796E-1B1B-4314-8846-F30797197695 

 

8. Quelques minutes après minuit

 monster-800x445

 

9. Le Redoutable

le-redoutable

 

10. Grave

grave-bande-annonce-film-horreur-francais-720x413

 

MON TOP 10 / 2016

MON TOP 10  / 2015

MON  TOP 10 / 2014

MON TOP 10 / 2013

MON TOP 10 / 2012

MON TOP 10 / 2011

MON TOP 10 / 2010

 

Posté par Lamesaoule à 22:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 avril 2017

SLAM #3

 

Oyé, oyé, braves gens, nobles dames et bides à bière,

Tendez bien vos esgourdes et attachez votre derrière,

Le fabliau de ce soir aborde un sujet grave, mais qui ne paie pas de mine,

Je veux bien sûr parler d'un vent entre deux collines.

 

Il n'y a pas si longtemps de cela, alors que la nuit était tombée dans la rue Mt-Désert,

Alphonse et Jocelyne, les tenanciers de la boucherie chevaline,

Furent réveillés par une pétarade du tonnerre...

Qui laissa dans la chambre un relent de phacochère.

 

« Ma mie, depuis quand fais-tu de la publicité pour le camembert ? »

Demanda Alphonse, qui faisait le moulin à vent avec les rideaux.

« Mais enfin ! C'est toi, Alphonse, qui a largué les amarres comme un paquebot !

Je t'ai entendu, on aurait dit le Queen Mary II au départ d'une croisière ! »

 

Chacun reprochant à l'autre d'être le trompéteur intempestif

Un silence circonspect posa ses fesses sur nos deux suspects.

Qui des deux loustics avaient brisé les accords de Paix ?

Seul un télépèthe aurait pu le dire !

 

Alors, d'un geste qui trahissait toute sa culpabilité,

Avec la mine d'un prêtre avouant son onaniste pêché,

Avec la timidité que seul sont capables les puceaux dans un club échangiste,

Jocelyne pencha la tête et dit d'un air triste :

 

« Alphonse, je croyais que ce n'était qu'un petit vent, pas une tempête !

Je m'en veux, tu sais, mais j'aimerais que tu me respectes... »

Alphonse, ému par tant de sincérité, n'eut pas l'âme à pester.

Il s'approcha alors de sa mie et lui chuchota ces quelques mots :

 

« Ma chère et tendre Jocelyne, pour peu que tu te sentes mieux,

Et que tu lâches un peu la pression au pieu,

Sache que j'en suis ravi, car, comme dit le proverbe :

Femme qui pète au lit, sera toujours fidèle à son mari... »

 

Ils s'embrassèrent alors sur la bouche et l'incident fut clôt.

Mais avant de s'endormir, Alphonse dit tout bas ce qu'il pensait tout haut :

« Ma foi, j'aurais bien donné un peu d'mon fric

Pour qu'elle porte un string et fasse une note de musique... »

 

La morale de cette pauvre histoire,

C'est que si l'amour ne tient qu'à un fil,

Pour un vent suspect,

Il ne faut pas se faire de bile,

Et que l'on peut vivre heureux,

Même en pétant à deux.

 

 

 

Posté par Lamesaoule à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2017

SLAM #2

-

REGAIN

 

À toi mon ami, mon semblable, ma sœur, mon frère, mon camarade, mon double, mon énigme, mon mystère. Je viens vers toi avec l'énergie du fou, du sans sou, du sang sur les mains, d'la sueur dans l'cou et du son sorti d'ma boue.

 

Pour te dire, j'ai écrit ce texte sur le recto d'un C.V. Peut-être qu'avec cette méthode, j'aurais au moins un entretien avec Madame la Poésie, elle qui n'est pas pressée et qui ne me pose pas de lapin quand je chasse le CDD.

 

Écoute-moi maintenant mon frère, donne-moi un peu de ton temps, que je puisse m'accorder, pour gravir avec toi, ce mur de silence et, notes après notes, crochets après crochets, poser les mots-prises et atteindre le sommet.

 

Je voudrais que mes mots soient comme des piles, qu'immédiatement sorties de ma bouche, ils viennent se glisser pile-poile dans ton oreille et allument l'ampoule de ton petit grenier, qu'une éblouissante claque t'électrocute et qu'un courant électrique, à faire danser un paraplégique, t'électrochoc !

 

Tu es beau mec, meuf, tu es le représentant de l'humanité, comme chacun de nous, tu as des mains d'alchimistes, touche ton voisin et tu feras de l'or, rends-toi compte, tu es un chef d'oeuvre, une aberration de vie au milieu du néant, tu as la foudre en toi, répète-le, et si tu ne me crois pas, écoute, écoute ce cœur palpitant qui bat BOUM BOUM ! Arrache cette grisaille qui te colle à la gueule, bon dieu ! C'est toi l'enfant soleil, c'est toi le super-héros de ta vie. Personne d'autre n'a le droit de prendre ta cape. Et au fond, tu n'y crois pas, mais ça se trouve, l'éboueur que tu as croisé tout à l'heure, c'était peut-être Peter Parker...

 

Alors vas-y, mets ton slip sur ton pantalon et va sourire aux gens comme si tu leurs offrais une fleur.

 

Ferme les yeux et laisse rentrer la forêt, juste là, laisse pousser les arbres, les odeurs de sous-bois, les cèpes, les aiguilles de pins et les crapauds de froid.

 

Tu n'y crois pas hein, gros malin, mais pourtant, c'est toi le chevalier, avec ton armure de peau, tes bras épées et ta meilleure arme, tu la connais ? Elle est là, la beauté, dans une petite boite. Avec elle, tu peux tout faire. C'est la clé à toutes les serrures. Alors lève toi et slam. Tu es un chef d'oeuvre, ne l'oublie pas !

 

Quand je vous vois tous, là, je me dis qu'on est grand, qu'on est fort, qu'on peut y arriver, on peut être les McGyver des mots et, avec une lettre et une feuille, foutre un bâton de dynamite dans le dico.

 

Après, tu sais, t'as le droit de passer ton chemin, d'me dire « Laisse tomber, gros... » mais sache que je reviendrai à la charge, encore et encore, et même entre le hors-d'oeuvre et le dessert, tel une couleuvre des marais, je viendrai te susurrer : N'oublie jamais, TU ES UN CHEF D'OEUVRE !!!

Posté par Lamesaoule à 20:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 février 2017

SLAM #1

 

J'ai beaucoup réfléchi

Pour ne pas fléchir

Face aux flèches

Que les archers du destin

Voulaient me faire suivre.

Car il ne s'agit pas de se demander :

« À quoi suis-je destiné ? »

Mais plutôt d'hurler cet hymne :

« Je me destine à cet avenir,

Je suis le maître de mes mots,

Le capitaine de mes rimes. »

 

J'ai beaucoup réfléchi

Entre deux mots croisés,

À Paris ou en Italie.

Ceux-là m'ont regardé

De leur hauteur syllabique

Et m'ont dit que je devais les définir

Prendre un bic

Les inventer

Ouvrir un instant

Savourer les éclats

D'un soleil de vélo

Ou du rire d'un enfant.

 

J'ai beaucoup réfléchi

Puis je me suis arrêté

Pour quitter les balises

Et ne plus être fléché.

La tangente est une corde d'acrobate

Que l'on prends en sifflant

Avec Monsieur Génie et Mamzelle Folie.

Lorsque j'en suis revenu,

Funambule, sur le fil qu'il ne faut pas perdre,

J'ai pensé à la graine dans le cerveau,

Comme un mojo

Une idée tentaculaire et velue

Dans la mécanique

Des jours et des nuits

Pour m'enraciner

Dans la voie lactée.

 

J'ai beaucoup réfléchi

Sans fléchir, mais pas sans hésiter.

Alors quitte à devenir, autant se lancer

Posté par Lamesaoule à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,