30 avril 2016

  L'étrange caillou.       ***   L'instant a disparu. Sous mes yeux. Le temps l'a recouvert. De sa cape invisible. Il n'est plus. Ou presque. Il perdure, mais sous une autre forme. Une forme étrange et impalpable. À la manière d'un cristal incrusté dans une grotte. Nous cohabitons tous avec ces loges diamantines. Notre mémoire s'y accumule par strates. L'inconscient y sommeille, comme une chauve-souris agrippée au piton du réel. Le long de ces plafonds s'étalent de vastes fresques floues. Des... [Lire la suite]

09 avril 2016

COMME UNE CHANSON DES BABYSHAMBLES 6 / 7.   Pour mon prof d'Histoire d'hypokhâââââââgne, l'anarchisme se résume à deux règles : 1ère règle : Il n'y a rien. Comme dans la tête à Sarko. 2ème règle : Personne ne s'occupe de la première règle.   Voilà comment réduire en deux petites pirouettes des années de luttes... Enfoiré ! Blague à part : ça devient trop facile de se moquer de Sarko. Faudrait lui demander un jour d'être intelligent. Hein ! Trou d'balle masqué ! Tu pourrais faire un effort, sacré... [Lire la suite]
08 avril 2016

COMME UNE CHANSON DES BABYSHAMBLES 5 / 7.   On parle d'amour... Enfin, plutôt de cul. On fantasme sur des filles du lycée. Sur des stars. On imagine dans quelles positions on les prendrait. J'utilise un coussin pour faire une démonstration. Amis du romantisme, Bonsoir ! Je me trouve minable. Tant pis. Vaut mieux être minable et se marrer, plutôt que de s'en foutre et déprimer. Ça, c'est dit. Buck me joue de la guitare. Une de ses compositions. J'adore. Je plane. Et promis, c'est pas le rosé... On fait une compilation des... [Lire la suite]
07 avril 2016

COMME UNE CHANSON DES BABYSHAMBLES 4 / 7.   Je m'en bats les caracas. J'aime bien cette expression. J'aime bien dire aussi : Je m'en cogne. Ou bien : Je m'en tamponne le coquillart. Ouai, elle déchire celle-ci. Je m'en contrefous. Elle claque aussi. Je m'en bastonne. Héhé... Au final, je fais semblant d'être un grand. ELEPHANT ! C'est moi qui beugle là... On passe le portail d'une cours sombre et puis on rentre dans son immeuble. Sa chambre est un peu plus grande que la mienne, mais elle reste petite. On repicole. Deux... [Lire la suite]
06 avril 2016

COMME UNE CHANSON DES BABYSHAMBLES. 3 / 7.   On fait alors un bisou à notre pote et nous voilà, Buck et moi, sur la route, la nuit, à marcher sur les trottoirs vides, maculés par la merde de la journée et la poussière que les gens ont déposé avec leurs pensées. Je sens leurs odeurs, leurs histoires, leurs emmerdes, leurs fantasmes et leurs rêves. Je raccompagne Buck chez lui. Il fait nuit. Les lampadaires cylopes penchent leur oeil unique sur nos têtes et laissent couler des larmes orange. Tout est noir et orange. Les routes... [Lire la suite]
05 avril 2016

COMME UNE CHANSON DES BABYSHAMBLES 2/7   On est chez notre pote Léo quand je pense à tout ça. Buck est là. On boit des bières, avachis sur le canapé. On rigole. On discute. On se branle la nouille. On rêve à 3000. À un moment, je dis :  « Je viens de commencer Harry Potter 7... J'ai hâte de savoir la fin !  - Pfff... La fin... Tout le monde la connait, dit Buck. Harry se transforme en drag-queen et se prostitue au bois de Vincennes, Ron devient professeur de math et Hermione travaille comme serveuse au McDonald...... [Lire la suite]
09 juillet 2014

Journal

Salut à tous les aminches et les agros ! Je reviens poser mes petites pattes typographiques par ici pour vous annoncer deux bonnes nouvelles ! La première, c'est que la chronique que j'ai écrite pour le concert de Thomas Schoeffler Jr au Royal, à Nancy -que vous pouvez lire à deux scrolls en dessous- se trouve sur la page facebook de l'artiste. Je lui ai envoyé, il a bien kiffé et il l'a posté sur son mur. Voilà. C'est pas grand chose, mais ça fait toujours plaisir. Et comme j'aime partager mes plaisirs, je vous en fait... [Lire la suite]