Godzizi Cartoon

Chapitre 16 – Baston.

 

La double hélice de poignets actionnée, Godzilla débouche vingt-mille bouchons directs. La Blonde trafalgare sec et se fait emporter par un typhon de violence. Elle se retrouve illico fulguro dans les champs d'colza.

Godzilla pète un coup, effet Arianne 5. En cinq secondes, il s'envole dans les cieux, traverse la stratosphère, dévisse de 80°, relâche la pression, redescend vers la plaine et, le pied en avant, le talon dur, la semelle en fonte, le sourcils terrible et l'haleine féroce, il enfonce sa voûte plantaire dans la politicienne !

HIGH-KICK DE GÉANT !

Moults explosions.

De la terre en morceaux retombent de partout.

Des boursoufflures ruminent l'air.

Même dans Dragon Ball Z, t'en a pas vu des plus longues.

Le reptile relèvent le pied. À peine a-t-il le temps de décalquer les détails et de débroussailler le terrain, qu'il sent une lame lui couper l'herbe sous le pied.

« GRIFFES ESPIÈGLES ! »

La blonde a sauté de terre. Elle est encore vivante ! Les cheveux en pétard, la veste déchirée, elle fulmine par les soupières. Ses ongles sont sortis et ça coupe si bien, qu'il y a des atomes de C et de O2 par terre. Godzilla a la peau dure. Il encaisse. Gar a aussi goûté au lames. Après des années de matelasserie et de ronflonades, il pisse le sang comme un goret. Le combat se met en pause...

« Vite ! Un pansement ! »

Godzilla applique ses mains. Colmate la blessure avec de la glaise et de la paille. Trois lacs rouges se forment au fond d'un vallon. God panique et Gar convulse.

« Ah non, Gar, c'est pas le moment de faire ta fiotte ! »

Ils deviennent blême. La Blonde décide d'en profiter :

« ILLUSION DÉDIABOLISANTE ! »

 

Chapitre 17 – Pirouette - Cacahouète

 

Étrangement, au lieu d'achever Gargantua, ça le requinque. Il arrête de bouger. Il s'ébroue doucement et papillonne des mirettes. Il revit.

« Regarde comme je te soigne, mon pauvre Gar, minaude la fille Le Pen. Regarde comme je prends soin de toi... »

V'la-t-y pas que l'ennemi joue l'infirmière. Gargantua, entre deux gargouillis, la remercie. Marine coiffe ses doux cheveux blonds et dégaine un sourire d'angelot.

« Enfin, qu'est-ce qu'il t'arrive... Il ne faut pas écouter le discours du premier venu. Qu'est-ce qu'il t'a dit pour te mettre en colère contre moi ? Hum ? Que je suis méchante et que je vais gazer tous le monde ?

- Voui...

- Mais mon Gargouchinet, je ne vais rien faire de mal, voyons. Je veux apporter un vent frais sur la politique française. Aucun élu du front national n'est jamais arrivé à la tête de l'état. Pourquoi ne pas me laisser une chance ? Après les énarques et les avocats, pourquoi pas Marine Lepen ?

- Voui...

- Et puis, je veux juste un peu fermer les frontières pour que l'on puisse rester tranquillement chez nous... Tu n'es pas d'accord ? Tu as encore envie d'écouter le sushi géant ?

- Mnon...

- Et bin voilà... Et puis, réfléchi... Il n'y a plus de boulots en France... C'est bien à cause de quelque chose, non ? Et les prisonniers radicaux ? Tu ne crois pas qu'une petite guillotine leur ferait du mal ? »

En entendant ces paroles, Godzilla éructe.

- Ne l'écoute pas Gargantua ! Tu es plus fort que toutes ces minauderies ! Réveille-toi ! Nie en bloc. Refuse ce préchi-précha ! Ce n'est pas la guillotine qui va faire disparaître le terrorisme et ce n'est pas en fermant les frontières que nous réguleront notre pays ! »